<$BlogRSDURL$>

12.9.05

La fin du pétrole est un mythe : taxons massivement les bénéfices des magnats pour refaire baisser les prix ! 

Traduction de http://xymphora.blogspot.com/2005/08/yergin-on-oil-shortage.html

Wednesday, August 17, 2005

Yergin à propos de la "pénurie en pétrole"

Si vous profitez en masse du cours du pétrole grâce à la conspiration visant à l’augmenter sous prétexte de pénurie et de crise, il se peut que vous n’aimerez pas ce que Daniel Yergin a à en dire (http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2005/07/29/AR2005072901672.html [It's Not the End Of the Oil Age

Technology and Higher Prices Drive a Supply Buildup, Sunday, July 31, 2005, Page B07]) :

"La dernière analyse de terrain que nous avons mené avec Peter Jackson et Robert Esser sur la capacité de production vient plutôt contredire la vision courante et nous conduit à cette conclusion frappante : il y a aura un apport sans précédent de pétrole dans les prochaines années. Entre 2004 et 2010, la capacité de produire du pétrole (pas la capacité actuelle) pourrait augmenter de 16 millions de barils par jour – soit de 85 à 101 millions de barils, une augmentation de 20%. Un tel accroissement viendrait apaiser la pression actuelle sur la demande et les approvisionnements".

et :

"Ce n’est pas la première fois que le monde "est à court de pétrole". C’est plutôt la cinquième fois. Toute l’histoire de l’industrie du pétrole est caractérisée par des cycles de pénurie et de surplus".

et :

"Cet apport grandissant d’énergie ne devrait pas nous conduire à sous-estimer le défi à long terme de l’approvisionnement d’énergie pour une économie mondiale grandissante. Même avec plus d’efficacité, il semble que dans les prochains 25 ans, le monde sera capable d’ utiliser 50% de pétrole en plus. C’est un très grand défi. Mais au moins pour les années qui viennent, l’accroissement de la capacité de production va résorber la peur d’une pénurie imminente. Et cela créera en retour le recul nécessaire pour prendre à bras le corps les besoins en investissement, en technologies diverses et en recherches – du développement à la conservation – qu’exigera le fonctionnement d’une économie mondiale grandissante, l’assurance de l’apport en énergie, et les besoins de la future classe moyenne mondiale".

Yergin (http://en.wikipedia.org/wiki/Daniel_Yergin) est l’auteur du "Prix [: la quête épique pour le pétrole, l’argent et le pouvoir]" (http://en.wikipedia.org/wiki/The_Prize:_The_Epic_Quest_for_Oil%2C_Money%2C_and_Power), une excellente histoire de l’industrie du pétrole.

Je me ficherais de cette arnaque à la pénurie du pétrole si c’était la première fois qu’ils la mettaient sur le tapis, mais ils s’en servent sans arrêt et nous tombons à chaque fois dans le piège. Des gens pensent que la crise pétrolière des années 1970 était montée de toute pièce afin de rendre l’exploitation de la mer du Nord viable, et donc d’empêcher la Grande-Bretagne de faire faillite. La technologie progresse toujours, et des cours du pétrole élevés permettent simplement de développer des gisements pétroliers qui n’étaient pas encore susceptibles de dégager du profit. Les grosses compagnies pétrolières font des milliards et des milliards de dollars de profit, tout en vendant la même quantité de pétrole qu’avant, simplement en nous faisant croire fallacieusement que la pénurie est irréversible. On nous dit que le prix augmente du fait de l’offre et de la demande, alors que la hausse est d’abord à mettre sur le compte de la perte de valeur réelle du dollar états-unien (une raison supplémentaire de se mettre à fixer les prix du pétrole en fonction d’une monnaie stable comme l’euro). Puisque le monde doit aire face avant tout au problème du réchauffement climatique engendré par la combustion de trop de carburant fossile, la pénurie de pétrole est probablement la meilleure nouvelle qu’il y aurait pour notre monde, mais malheureusement, il y aura toujours assez de pétrole dans notre proche avenir. Bien sûr, une autre guerre débile contre n’importe quel pays du Moyen-Orient modifierait considérablement cela".

Traduction de http://xymphora.blogspot.com/2005/08/following-up-on-recent-postings.html:

"Les économistes de Freakonomics donnent leurs avis sur l’idée de la baisse de quantité de pétrole (Peak Oil) (http://www.freakonomics.com/2005/08/peak-oil-welcome-to-medias-new-version.html). Puisque la vrai problème auquel doit faire face notre monde est le réchauffement climatique dû à trop de combustion d’hydrocarbures, la meilleure nouvelle qui puisse arriver est que le pétrole commenera à manquer, mais je ne crois pas que nous soyons aussi chanceux. Si nous décidions tous de taxer les profits inespérés de l’industrie du pétrole engendrés par cette panique artificielle, disons, à hauteur de 150%, nous n’entendrions plus parler de ce "problème".


Comments:
ASPO : la fraude ?

Les gens de l'Association pour l'Etude du Pic du pétrole (ASPO) sont subjectifs voire douteux. Leur message tacite est de faire accepter l'actuel choc pétrolier sous prétexte de dénonciation des évaluations optimistes de certaines compagnies pétrolières. Ces dernières auraient en effet tendance à vanter leur capacité de production pour bénéficer d'actions en hausse et de prêts bancaires. Mais donner l'alerte sur l'épuisement en cours des réserves pétrolières ne bénéficie-t-il pas désormais à ces compagnies ?
Le site http://www.transfert.net/a9640 nous informe que ses membres sont "tous anciens hauts responsables de la prospection de groupes pétroliers tels que Fina, Total ou Shell". En guise d'analyse, on n'a droit qu'aux suppositions bien pâles d'un participant d'une réunion de l'ASPO, qui n'est rien d'autre que Matthew Simmons, un banquier d'affaires, conseiller du vice-président américain Dick Cheney au sein de la task force chargée en 2001 d'élaborer la politique énergétique de l'administration Bush !

"mon analyse personnelle me porte à croire que le pic est déjà là, à portée de main, et pas à plusieurs années devant nous. Si j'ai tort, eh bien j'ai tort. Mais si j'ai raison, les conséquences seront imprévisibles et dévastatrices. "

Et le journal La Décroissance (septembre 2005, "L'après-pétrole commence"), dont les buts de sobriété et de respect de l'environnement sont nobles, se laisse naïvement séduire par l'idée de la survenue prochaine du point de production maximale sans apporter plus d'éléments objectifs. Il dit tout bonnement se sentir conforté dans cette thèse par le fait que le cours du pétrole connaît une envolée (67 dollars en août contre 45 il y a un an!), alors qu'il ne s'agit sans doute que de frénésie boursière sans fondement, voire d'une manipulation des businessmen et fauteurs de guerre américains. Enfin, il gobe les dires d'un membre de l'ASPO soi-disant présent lors d'une réunion (secrète) du Bilderberg en mai 2005 à Rottach-Egern, et disant avoir obtenu des informations sur place selon lesquelles les plus hauts dirigeants de l'industrie discutaient de savoir comment "empêcher le public de connaître la vérité sur la diminution des réserves du pétrole".
Cela ne ressemble-t-il pas à une fausse fuite ?
N'est-on pas inondé dans nos médias audiovisuels par la crise du pétrole?

La Décroissance ne ment pas mais est réduit bien involontairement à débiter des formules magiques soufflées par nos puissants...

A moins de populariser des moteurs non polluants (cf. par exemple www.moteurnature.com), ou de revenir à un mode de production et de distribution autosuffisante, ce n'est pas demain que l'on pourra marcher à Paris sans respirer toutes sortes de particules et gaz en suspension (sans parler de faire du roller http://www.rollerenligne.com/dossiers/roller_pollution.htm!).
---------------------------------

Autres commentaires postés à http://www.u-blog.net/neplusfairefausseroute/note/63

Passons sur la guerre débile qui a libéré le pays de mon ami Assan et rions de cette invention sur la crise pétrolière. Mon ami économiste, sache que l'OPEP a quadruplé le prix du pétrole en représaille à la guerre de 73 , guerre où les pays arabes se sont pris une cinglante raclée en tentant pour la 4eme fois de détruire Israël.
L'Euro une monnaie stable ??? Depuis 2002 , son cours a varié de près de 45% dans un sens ou dans l'autre.
Quand à taxer les profits, c'est une idée interessante. Sauf que seul TotalfinaElf a son siège en France. comment feras-cracher Shell ou Esso ?
2005-09-12 20:48:38 de david Martin
Et bien le truc, c'est développer les bio-carburants à fond, et se passer du pétrole...
Comme ça il y en a qui feront une sale gueule...

Il faut savoir que les compagnies pétrolifères se frottent les mains du réchauffement climatique. Ils en sont content, sont pour:
En effet les glaces aux pôles fondent, des espaces seront plus abordables, car en dessous il y a du pétrole. S'il est plus abordable, moins de frais pour eux... donc plus de bénéfice !!!

Mais ne leur parlons pas d'écologie, ce n'est pas dans leur vocabulaire...
2005-09-12 21:19:49 de imencity
# posted by Anonymous sacha : mercredi, 14 septembre, 2005
 
Daniel Yergin est président de Cambridge Energy Research Associates. Il est l?auteur de The Prize : The Epic Quest for Oil, Money, and Power qui a gagné le prix Pulitzer en 1992. Il est co-auteur de Commanding Heights : The Battle for the World Economy. Il est membre du National Petroleum Council, de l?US Secretary of Energy?s Advisory Board et préside le US Department of Energy?s Task Force on Strategic Energy Research and Development. Il est conseiller du Carlyle Group, la société de gestion de portefeuilles des familles Bush et Ben Laden.

http://www.voltairenet.org/article8802.html

L'ASPO sur Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Association_for_the_Study_of_Peak_Oil_and_Gas
2005-09-18 04:09:11 de http://

-----------------------------
C'est fastoche : les cadres des industries pétrolières sont divisés, comme le reste de l'administration américaine, entre les larves pas trop propagandistes du département d'Etat (type Yergin) et ceux que leur islamophobie démange (type Simmons) qui ne croient pas un mot de l'Arabie Séoudite et ont menti délibérément sur la fin prochiane du pétrole pour que ll'AmeriKKKa okkkupe les pays arabes; et derrière c'est Israheil qu'est content!!!
2005-09-28 11:59:15 de Louis
-----------------------
Bonjour,
Votre version des faits est intéressante mais c'est juste une version parmis toutes celles qu'il est possible d'imaginer.
Moi, je pense que des extraterrestres sont présents sur la terre depuis 50 ans et qu'il prépare tout doucement notre extinction, etc ... ma version n'est pas plus ou moins prouvable que la votre.
La seule chose que je vois c'est que votre version est dangereuse et si vous aviez tort !!! les conséquences sont bien pires que si vous avez raison. En fait, on s'en fout que des multinationales se fassent ou non du pognon cela ne tue ni ne blesse personne. par contre, la disparition du pétrole bon marché induira la disparition de l' ère industrielle et la mort de plusieurs milliard d' humains. Dans mon pays ( Belgique) 90 % de la nourriture est importée !!! Nous ne savons plus rien faire en rapport avec la paysannerie et l'artisanat.
Savez vous que la plupart des allemands ne croyaient pas aux camps de concentration ni les juifs d'ailleurs, ils se disaient " c'est pas possible ce sont des humains tout de même" Dans le cas du pétrole, les gens se disent " ils ont déjà autre chose et ils nous le cachent " DANGER !! Le loup est caché derrière la pôrte !!
2005-10-18 20:58:07 de Bébert
-----------------

j'allais oublier un détail : l'annonce de l'apparition du "peackoil" est déjà un élément suffisamment fort pour créer un problème économique majeur, genre crash boursier avec conséquences à long terme.
Si vous disposez d'actions ou d'obligations de société de navigation aérienne ou automobile ou pétrochimie et que l'on vous annonce que le pétrole va trés bientôt manquer , n'allez vous pas vendre ces actions ?
La perte de confiance ne visera pas ici un petit segment de l'économie mais quasi toute l'économie : je ne crois pas que des ex-économistes ( même à la botte des grosses sociétés) passent leur temps à jouer avec le feu !
2005-10-18 21:06:12 de Bébert

---------------------------
De Sacha :
S'il est en effet presque certain que les pétroliers arabes surévaluent leurs réserves pour obtenir des investissements trébuchants à l'étranger, et que certaines compagnies se leurrent (comme dans le cas de Yibal dans le sultanat d'Oman), il n'y a pas forcément de raisons raisonnables de croire les cadres pétroliers occidentaux lorsqu'ils se montrent d'un coup apocalyptiques.

Je serais un lobbyiste pétrolier occidental, je mettrais en tête à l'avance l'idée qu'il faudra se passer prochainement de pétrole, afin de faire de bons profits, non seulement sur le pétrole que je contrôle actuellement, mais aussi sur les futures ressources alternatives que je tâcherai de contrôler. D'autant que les réserves s'épuisent autour des pays occidentaux (Californie, golfe du Mexique, mer du Nord, Argentine, COlombie, Pérou) et qu'il faudra dépendre de plus en plus de l'Arabie séoudite, alors que le roi Abdallah a l'échine moins souple que son père.

Il se pourrait que cela soit uniquement le futur déséquilibre des ressources qui pose problème aux Occidentaux, lesquels ne pensent plus pouvoir ouvrir de nouveaux champs à bon prix (offshore, huiles lourdes, sables bitumineux). Car d'après les infos, et de petits calculs, l'Arabie Séoudite dispose de réserves adaptables à une plus grande demande pour au moins trente ans. Et en cela, le gouvernement US, qui dispose tout de même de bons experts avec une vision à long terme, ne nous paraît mentir en indiquant que le peak oil mondial aura lieu en 2037, même si le fondateur de l'ASPO,un ancien de l'IHS Energy (Information Handling Services), qui le prévoit pour 2008, dispose peut-être de meilleurs outils d'évaluation pour ce qui est des réserves actuelles.

Quelques citations tirées du Monde 2, "Pétrole la panne sèche ?", 1er octobre 2005 :

p.19 : "Après soixante ans d'exploitation, Ghawar, premier champ pétrolier du monde, qui fournit à lui seul la moitié du brut saoudien, a officiellement épuisé 48% de ses réserves".

p.24 : ""Il y a encore trois ans, aucune compagnie n'acceptait d'admettre qu'un problème existe. Aujourd'hui, elles aimeraient bien que ça se sache", dit [François Moissan, directeur scientifique de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie]. "Comparées aux producteurs de l'OPEP, les majors sont des minors, dit-on à l'IFP. Une fois franchi le "peak oil" hors OPEP prédit par l'AIE, les ocmpagnies occidentales seront en danger" ".
# posted by Anonymous Sacha : mardi, 25 octobre, 2005
 
Pire que de la fraude, c'est de la daube !

En septembre 2005 est paru le rapport de Léo-Paul Lauzon, de l'UQAM (Montréal), sur les trois majors canadiennes. Sa conclusion est claire et elle est valable pour tous les pétroliers : rareté entretenue pour faire monter les cours.

Ce ne sont pas les réserves qui manquent, mais c'est la production qui flanche (à force de virer les anciens, comme en 98-99, les nouveaux accumulent les erreurs et tuent les puits) et la distribution qui meurt (pas de nouvelles raffineries en Europe et aux USA depuis 25 ans, pénurie d'acier pour la construction des pipelines et le tubage des puits, construction navale - les tankers - à la déroute).

Bauquis et Lahererre (ex Total et ASPO) réclament le barril à cent dollars au plus vite, soi-disant pour inciter à la reconversion vers les EnR. Mais ils savent très bien que les EnR ne parviendront jamais à se substituer aux hydrocarbures dans les transports routiers et aériens, soit 50% de la demande énergétique mondiale.
Donc le but de la manoeuvre est limpide : maximiser les profits des majors pétrolières avant que les 15% des réserves mondiales prouvées qu'elles détiennent encore ne s'épuisent PARCE QU'ELLES N'ONT RIEN INVESTI DEPUIS 1997.

Ceci étant dit, le vrai problème n'est pas l'état des réserves mais celui de la planète ! Et la daube encore plus grosse, c'est que les capitalistes adorent tout casser pour reconstruire (confer Irak), surtout quand c'est la nature elle-même qui s'en charge (New-Orleans, Katrina et Rita). Qui paye la note bien salée ? Les contribuables et les assurés, qui sont aussi ceux qui passent à la pompe - toujours les mêmes... vous et moi.

Bon courage à tous - il nous en faut !
2005-11-14 00:27:37 de olivier liétard
-----------------------
D'après vous, y aura-t-il éternellement du pétrole ? En trouvera-t-on toujours ?

Ce n'est pas une théorie de complot, il y a beaucoup trop d'éléments allant dans le sens du pic. Tous les experts sont convaincu qu'il arrivera pendant le 21eme siecle, certainement pendant sa 1ere moitié. Les chiffres avancés par l'AIE,l'IFP, etc sont moins "alarmants" que ceux de l'ASPO : dans 20 30 ans pour les 1ers, dans moins de 10 ans pour les 2nds...

La seule chose qui pourrait réellement écarter le danger du pic, c'est de trouver rapidement une énergie de substitution ( non, pas le charbon: on bousillerait l'atmosphere...). Très rapidement : car il faut la développer, et la répandre . Changer les infrastructures ne se fait pas en quelques mois ...

Les ENR peuvent très bien se substituer à une partie des besoins en carburants pour les transports routiers. Au moins à l'essentiel.

Et le prix du pétrole augmente depuis plusieurs années. Vous n'avez qu'à regarder la courbe de 1994 à aujourd'hui sur lesechos.fr par exemple : on y voit une belle exponentielle parasitée...

De toute façon, pic ou déreglement climatique, il FAUT se passer de pétrole au maximum...
2005-11-20 00:52:43 de guino
---------------------------
j'ai vu une pub Chevron sur CNN qui avouait que des spécialistes annonçaient la baisse du pétrole en 2020 ou en ce moment même. Etonnant, non ? Il devient évident que tout ce discours est calibré pour arranger les affaires des spéculateurs. Et il n'y a pas de crise économique des suites d'une telle nouvelle. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas s'ouvrir à des alternatives non polluantes comme je l'ai écri dans mon premier commentaire...
2005-12-02 10:30:25 de Sacha
# posted by Anonymous Sacha : vendredi, 02 décembre, 2005
 
--------------------------
Il n'est pas exclu que certains cadres pétroliers lucides tentent de limiter les dégâts économiques prévisibles du fait d'une chute prochaine des réserves de pétrole. Et il est bon que des écologistes en profitent pour en appeller à un mode de vie économique plus local, ce qui économiserait les énergies de substitution moins polluantes, et apparemment limitées. Mais on se demande pourquoi une compagnie comme Chevron éprouve l'intérêt d'annoncer cela sur CNN et dans un magazine financier et d'autres journaux, si ce n'était pour maintenir la hausse des prix. Chevron est-elle dirigée par des philantropes ou des psychopathes? La Décroissance penche apparemment pour la première hypothèse (n°29, p.17).

Selon une pub reproduite par le journal, Chevron appelle un certain public à "se joindre [à eux]" (pour découvrir d'autres barrils ?):
"Chevron appelle à l'aide.
A son grand mérite, Chevron, une des plus grandes compagnies pétrolières, a reconnu l'imminence du pic et le déclin du pétrole. La compagnie américaine a publié un impressionnant encart publicitaire dans le Financial Times et d'autres journaux, diffusant un mot de son président qui se termine par cette phrase : "Nous en appelons aux scientifiques, enseignants, politiciens, responsables, écologistes, industriels et à chacun d'entre vous pour contribuer au remodelage de la prochaine ère énergétique". Le pédégé ne laisse planer aucun doute sur le fait que cette ère sera celle du déclin des réserves pétrolières."


On devrait remarquer ceci à propos du journal "La décroissance" des casseurs de pub. Compte-tenu du fait qu'il a été fondé par un ancien cadre de Publicis, devenu dissident, (société certes égratignée dès son premier numéro du fait qu'elle aurait été chargée de défendre, en Europe, l'idée du mur de séparation israélien, cf http://www.acrimed.org/imprimer.php3?id_article=1491) ce journal ne paraît pas faire preuve en la matière de l'indépendance du scientifique vis-à-vis des forces du commerce. On nous dira que c'est de bonne guerre. Mais soyons méthodiques sinon on finira par croire tout ce que dit Chevron la méritante. Le manque de scientificité les empêche peut-être de donner lieu à un débat sur le moteur Pantone, qui ne demande pas beaucoup d'eau (contrairement à l'éthanol à base de maïs si décrié en page 16).

Leur dernier numéro de décembre 2005 enfonce le clou au sujet du pic pétrolier. Il constate que le prix du pétrole s'envole et relève la survenue de soulèvements de population et de mouvements de grève dans des pays lointains. Mais il n'appelle pas à grever les bénéfices des compagnies pétrolières ou à faire la grève ici même. Il ne fait que constater qu'il y a "hausse partout", relayer une idée du G20 de se mobiliser face à un pétrole trop cher, reproduire les demandes culpabilisatrices de Bush envers le consommateur américain (et non les industriels) à se déplacer de manière plus économe, et annoncer que les bénéfices des cinq grandes sociétés pétrolières mondiales "dépasseront les 100 milliards de dollars en 2005, un record historique". Sous prétexte de l'actualité supposée du Pic de Hubbert. Alors même que de nombreux gisements ont été découverts en Afrique ces dernières cinq années. Suite à une lecture d'ensemble, on en reste donc plutôt à nos interrogations sur la réalité de la survenue prochaine du pic.

L'équipe de la Décroissance évite peut-être de soulever trop de sourcils et de se montrer ouvertement du côté du peuple. Pour quelle raison ? nous l'ignorons, mais par souci de lucidité, il serait bon qu'elle cite avec plus de précautions la lettre d'information de l'ASPO. Et qu'elle répercute moins complaisamment ou joyeusement les publicités de pétroliers.

Jusqu'à présent, ces nouvelles sur la pénurie prochaine n'étaient relayées que par les écolos pour faire taire les plus militants. Maintenant, l'opération s'étend au grand public, via Mr Yves Cochet.
Il y a fort à parier que Mr. Cochet sera de plus en plus invité à mesure que les prix du pétrole continueront d'augmenter.

Et pourtant, on peut se demander, comme il est écrit sur le site Morpheus, si un peu de pénurie n'est pas une nouvelle fois entretenue pour engendrer beaucoup de bénéfices.

Par pur désir d'aiguillonner nos esprits non encore abrutis par les pesticides et les colorants de nos aliments, le mercure de nos amalgames dentaires, l'aluminium de nos emballages, le cadmium du tabac, les métaux lourds de nos voitures, les alcaloïdes et les sucres des sodas ou l'alcool et autres drogues sur lesquels La Décroissance ne nous alerte pas (ou pas beaucoup, par manque de scientificité sans doute, ou pour ne pas trop inciter à la révolte), nous reproduisons ici ce rafraîchissant article, non daté, du site
www.morpheus.fr/HTM/morph.htm/M12_petrole.htm:

" PÉNURIE DE PÉTROLE : RÉALITÉ OU MANIPULATION?

Nous avions présenté, dans le numéro 6 de Morphéus, la thèse de Michaël Ruppert selon laquelle les Etats-Unis envahissaient le Moyen-Orient à cause d’une future pénurie de pétrole, anticipée par l’administration Bush. Le tapage médiatique à ce propos laisse imaginer que la véritable cause de la guerre devait être tout autre.
Selon une autre thèse, le futur manque de pétrole est une manipulation du complexe militaro- industriel qui ainsi fait de gigantesques bénéfices. Une fausse pénurie permet la spoliation des populations occidentales en douceur, de plus cela permet de financer des guerres contre une opinion largement défavorable. Si le budget militaire est réduit, l’augmentation artificielle du prix du pétrole comblera au centuple cette réduction budgétaire.

Un autre argument vient étayer cette approche. Depuis 30 ans, le développement et l’intégration de technologies propres renouvelables sont bloqués. On libère bien quelques initiatives alternatives aujourd’hui, mais si la pénurie de pétrole est officiellement annoncée, ce sont 90% des produits de consommation qui augmenteront crescendo. Ainsi, même si vous faites tourner votre moteur à l’eau, les plastiques, pneus et tout accessoire dérivés du pétrole seront hors de prix, nous ramenant à la case départ.

Katrina et Rita : Jackpot pour les pétroliers.
Katrina et Rita furent une horreur pour la population de Louisiane. Pour les pétroliers du complexe militaro-industriel, ce fut le «Jackpot». Couverts par des assurances, non seulement ils n’ont rien perdu, mais ils font depuis, des bénéfices record. Les citoyens américains accusent le coup et se font sermonner par l’administration Bush pour l’économie d’énergie. On leur recommande de rouler moins vite, d’isoler mieux leur maison, de baisser leur thermostat, en somme de payer 2 à 3 fois le coût réel du pétrole tout en économisant 10 à 30% d’énergie. Même le New York Times, affirme dans ses colonnes, que la crise énergétique actuelle aux USA est tactique et artificielle.

Russie et Arabie Saoudite
La Russie et l’Arabie Saoudite augmentent leur production et leurs exportations de pétrole. Comment est-ce possible si la ressource fossile se tarit. L’affirmation d’une pénurie, contredite aujourd’hui, avait été développée par l’ASPO association d’anciens dirigeants de groupes pétroliers. La finalité de cette affirmation était-elle de faire un maximum de profit avec une ressource disponible en abondance? S’entendent- ils tous pour maintenir les prix élevés?
Raghuram Rajan, économiste du Fond Monétaire International considère qu’il faudra nous habituer à des prix du pétrole toujours plus élevés.

C’est quoi le pétrole ?
A ce propos deux théories s’opposent.
1°) Le pétrole serait une ressource fossile, limitée, déposée sous la croûte terrestre et issue de matière organique pressurisée et décomposée.
2°) Le pétrole ne serait pas issu de matière organique mais créé constamment par la Terre. Sorte de lubrifiant naturel, il servirait au jeu subtil des plaques terrestres préservant de blocages brutaux et secousses violentes.
Si nous retenons la seconde hypothèse, il est clair que la pénurie est artificiellement entretenue aujourd’hui, cependant il faut aussi prendre en compte que le pétrole ne peut être exploité de manière illimitée sans risque de bouleversements géophysiques majeurs.

Des puits de pétrole qui se remplissent à nouveau
Un article du New York Times du 26 septembre 1995 avançait que «les puits de pétrole se remplissent à nouveau naturellement» selon Malcolm Browne. Le docteur Whelan affirme que certains puits se remplissent au même rythme qu’on les exploite. Un puits d’Eugene Island dans le Golfe du Mexique, en 1973, donnait 15000 barils par jour, pour décliner à 4000 barils par jour en 1989, puis subitement produisit 13000 barils par jour. D’autres cas furent recensés. En Russie nombre de puits se sont remplis à nouveau et l’exploitation atteint des records sur des puits sensés être à sec depuis des décennies…
Les russes ne sont donc pas inquiets, il n’y a pas de pénurie de pétrole chez eux. Ils bénéficient de plus, de prix artificiellement gonflés sur le marché mondial, tout va bien. Il suffit de mettre en jachère les puits qui ont été surexploités et d’y revenir quelques années plus tard…
Il y a un siècle Ernest Oppenheimer disait : «La seule manière d’augmenter la valeur d’un produit est d’en réduire la production tout en parlant de pénurie.» Depuis le choc pétrolier des années 70, c’est ce que font les pétroliers.
«Il y a assez à la surface de la terre pour le besoin de chacun, mais pas pour la cupidité de tous!»
Gandhi Sources : analyses de Steve Watson, Alex Jones, Paul Watson, octobre 2005, Uncensored Magazine N°1 pp 86-94, Steve Crow, Full Court Press, PO Box 44-128, Auckland, Nouvelle Zélande..."

# posted by Anonymous Sacha : vendredi, 09 décembre, 2005
 
--------
Etant né de la dernière pluie, je me pose des questions et te demande :
Depuis combien de temps nous dit-on que cela va être la crise du pétrole ?
Je ne crois pas que cela date d'aujourd'hui.
Et les guerres pour le pétrole, datent-elles d'aujourd'hui ?
Le pétrole rapporte. Point. La hausse des cours, plus ou moin justifiée, attisera d’autant les convoitises. Et plus cela rapportera plus y aura de guerres appuyées par les financiers. Les ricains investissent même dans les petits gisements français. Question de petits profits...
Et l'épuisement prochain peut être un outil de manipulation des élites texanes pour mener la guerre au Moyen-Orient.
# posted by Anonymous Sacha : vendredi, 09 décembre, 2005
 
---------------------------
Le pic pétrolier américain a déjà eu lieu au début des années 70. Les chiffres sont publics. Personne ne nie que la production US (Alaska et arctique compris) est aujourd'hui à la moitié de la production de 72.
Peu importe que le pic saoudien se produise en 2010 en 2020 ou en 2050. Personne ne nie qu'il se produira bien avant la fin du siècle.
Le gag de Eugene Island est un canular bien connu. Dommage d'être tombé dans le piège.
Quand au pétrole non organique, il a été inventé par les mêmes rigolos que la terre plate et le créationnisme (maintenant on dit 'intelligent design').
Le fait que les pétroliers essaient de faire du fric avec le pic pétrolier n'est en rien une preuve que c'est un canular, au contraire.
2005-12-12 23:33:12 de lanredec http://lanredec.free.fr

------------------------
Merci de votre avis sur Eugene Island. Je me demande qui peut être derrière ce canular...
Canular d'un pic prochain ou pas, on est tous finalement dans l'expectative étant donné que les compagnies et les pays pétroliers cachent l'étendue des réserves. Ne le savent-ils vraiment pas, ou leur stratégie se fonde-t-elle sur ce mensonge essentiel ?


D'ailleurs, qu'importe la production, les prix dépendent d'autres facteurs. Et c'est cela qu'il faut renverser. On peut s'amuser à chercher les cas de spéculation entre amis.

http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_article.php3?id_article=1429
19 SEPTEMBRE 2000
MANIPULATION DES PRIX DU PÉTROLE

Le prix du pétrole n’est pas déterminé principalement par les approvisionnements de l’OPEC, ni même par l’approvisionnement général en pétrole brut, mais par les marchés pétroliers à terme extrêmement spéculatifs de la Bourse internationale du pétrole de Londres et du NYMEX de New York.
(...)
Un exemple de la manière dont fonctionne la spéculation sur les marchés pétroliers à terme est le cas d’Arcadia Petroleum, le bras londonien du commerce pétrolier de la société commerciale japonaise Mitsui. Tosco Corporation, l’une des plus grosses sociétés de raffinage et distribution du pétrole aux Etats-Unis, a porté plainte le 8 septembre à New York contre Arcadia Petroleum pour conspiration dans le but de faire monter le prix du pétrole. Tosco poursuit également Glencore, une société commerciale basée en Suisse liée au fameux Mark Rich.

Selon les termes de cette plainte, Arcadia, Glencore et d’autres « co-conspirateurs non nommés » ont fait monter le prix du brut Brent de 3,33 dollars le baril entre le 21 août et le 5 septembre. Arcadia a sciemment obtenu pour septembre beaucoup plus de contrats de livraison de Brent qu’elle ne pouvait en livrer. Cet excès de demande totalement artificiel a non seulement fait monter le prix du Brent de 3,33 dollars, mais également celui du pétrole du bassin atlantique, qui représente 25 millions de barils par jour, étant donné que le Brent est la référence pour le prix du pétrole dans cette région. Ceci a affecté les livraisons de pétrole dans toute l’Europe, en Afrique et sur la côte Est des Etats-Unis. Des accusations similaires ont été récemment portées contre British Petroleum."


2005-12-13 12:06:41 de Sacha
http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_recherche.php3?recherche=onze+septembre
# posted by Anonymous Sacha : mardi, 13 décembre, 2005
 
------------------
Le pic pétrolier américain a déjà eu lieu au début des années 70. Les chiffres sont publics. Personne ne nie que la production US (Alaska et arctique compris) est aujourd'hui à la moitié de la production de 72.
Peu importe que le pic saoudien se produise en 2010 en 2020 ou en 2050. Personne ne nie qu'il se produira bien avant la fin du siècle.
Le gag de Eugene Island est un canular bien connu. Dommage d'être tombé dans le piège.
Quand au pétrole non organique, il a été inventé par les mêmes rigolos que la terre plate et le créationnisme (maintenant on dit 'intelligent design').
Le fait que les pétroliers essaient de faire du fric avec le pic pétrolier n'est en rien une preuve que c'est un canular, au contraire.
2005-12-12 23:33:12 de lanredec http://lanredec.free.fr
------------------
Merci de votre avis sur Eugene Island. Je me demande qui peut être derrière ce canular...
Canular d'un pic prochain ou pas, on est tous finalement dans l'expectative étant donné que les compagnies et les pays pétroliers cachent l'étendue des réserves. Ne le savent-ils vraiment pas, ou leur stratégie se fonde-t-elle sur ce mensonge essentiel ?


D'ailleurs, qu'importe la production, les prix dépendent d'autres facteurs. Et c'est cela qu'il faut renverser. On peut s'amuser à chercher les cas de spéculation entre amis.

http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_article.php3?id_article=1429
19 SEPTEMBRE 2000
MANIPULATION DES PRIX DU PÉTROLE

Le prix du pétrole n’est pas déterminé principalement par les approvisionnements de l’OPEC, ni même par l’approvisionnement général en pétrole brut, mais par les marchés pétroliers à terme extrêmement spéculatifs de la Bourse internationale du pétrole de Londres et du NYMEX de New York.
(...)
Un exemple de la manière dont fonctionne la spéculation sur les marchés pétroliers à terme est le cas d’Arcadia Petroleum, le bras londonien du commerce pétrolier de la société commerciale japonaise Mitsui. Tosco Corporation, l’une des plus grosses sociétés de raffinage et distribution du pétrole aux Etats-Unis, a porté plainte le 8 septembre à New York contre Arcadia Petroleum pour conspiration dans le but de faire monter le prix du pétrole. Tosco poursuit également Glencore, une société commerciale basée en Suisse liée au fameux Mark Rich.

Selon les termes de cette plainte, Arcadia, Glencore et d’autres « co-conspirateurs non nommés » ont fait monter le prix du brut Brent de 3,33 dollars le baril entre le 21 août et le 5 septembre. Arcadia a sciemment obtenu pour septembre beaucoup plus de contrats de livraison de Brent qu’elle ne pouvait en livrer. Cet excès de demande totalement artificiel a non seulement fait monter le prix du Brent de 3,33 dollars, mais également celui du pétrole du bassin atlantique, qui représente 25 millions de barils par jour, étant donné que le Brent est la référence pour le prix du pétrole dans cette région. Ceci a affecté les livraisons de pétrole dans toute l’Europe, en Afrique et sur la côte Est des Etats-Unis. Des accusations similaires ont été récemment portées contre British Petroleum.
2005-12-13 12:06:41 de Sacha
http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_recherche.php3?recherche=onze+septembre
-------------
En fait, le volume réel des réserves n'a que peu d'importance dans ce contexte qui est celui d'une croissance géométrique (exponentielle) de la production. Si tout le monde s'est trompé d'un facteur 2 dans l'estimation, les réserves seront simplement épuisées une période de doublement avant ou après. C'est l'histoire du nénuphar qui double tous les jours ou de la colonie de bactéries sur une boîte de petri: si elle découvre brusquement trois autres boïtes vierges, elle ne gagne pas une heure de survie. Voir aussi: qui explique pourquoi Hubbert et ASPO ont tort ... et n'arrive qu'à exposer la même conclusion, à quelques années près.

Sur la spéculation, c'est très vrai ... à court terme. La spéculation ne joue que sur la volatilité des prix. Pas sur la tendance. Si les prix sont durablement trop hauts, il y a forcément quelqu'un qui va craquer et vendre un peu moins cher (voir le dilemme du prisonnier, ou la tragédie des communs), et ainsi de suite. Et puis l'exemple n'est pas très convaincant: Arcadia a fait monter artificiellement les prix de 5% pendant deux semaines ? Ouh les vilains méchants !

Je pense que nous ne coupons pas de réduire notre consommation (pas seulement d'énergie et pas seulement fossile, mais ceci est un autre sujet). C'est très bien exprimé dans : 3200 ans d’une croissance annuelle de 1 % de la consommation d'énergie et nous aurons besoin de la totalité de la production d'énergie du soleil (pas seulement l'énergie lumineuse émise vers la terre, tout). Et ensuite ? Attention, plus nous attendons, plus ce sera difficile: Construire une centrale nucléaire coûte un peu moins que l'énergie qu'elle produit pendant la première moitié de sa vie, la déconstruire et gérer ses déchets coûte un peu plus que l'autre moitié; on ne peut donc utiliser la production d'énergie d'une centrale nucléaire pour autre chose que si la production globale d'énergie est croissante.

Je pense également que la seule façon de forcer une réduction de la consommation c'est de forcer une augmentation du prix (je pense qu'un prix de six à dix fois le prix actuel, en parité de pouvoir d'achat de nourriture, serait correct dans le sens qu'il serait en rapport avec le service fourni). On peut regretter que ça remplisse les poches des pétroliers et des états, mais tous comptes faits c'est un moindre mal. A nous de les empêcher d'utiliser cet argent à trouver une autre façon de nous exterminer. Voire, à nous de les forcer à investir cet argent dans la construction d'un monde où nos petits enfants, qui seront spoliés de l'énergie quasi gratuite que nous connaissons depuis à peine plus d'un demi siècle, pourront quand même avoir quelques instants de bonheur malgré l'état dans lequel nous aurons (et avons même déjà) mis le vaisseau spatial Terre.

"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas."
2005-12-13 23:43:19 de lanredec http://lanredec.free.fr/

les liens ont disparu.
tsss !
http://www.eia.doe.gov/pub/oil_gas/petroleum/feature_articles/2004/worldoilsupply/oilsupply04.html
http://www.monde-diplomatique.fr/2005/01/LEHOUCQ/11808
2005-12-13 23:47:39 de lanredec
# posted by Anonymous Lanredec et Sacha : jeudi, 15 décembre, 2005
 
Enregistrer un commentaire

This page is powered by Blogger. Isn't yours?